Judith Bartolani, l’art contemporain et la Shoah à l’épreuve de la matière et du mot

Exposition
mardi 27 février 2007
par Sophie A.
popularité : 1%
4 votes

Artiste Franco-Israélienne née en 1957, Judith Bartolani a crée en 2004 deux oeuvres poignantes sur le deuil. Exposées l’an passé à Marseille puis à Paris au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, nous pourrons les revoir à Toulouse, aux Abattoirs très prochainement. En attendant, j’ai choisi de ne pas vous décrire ses oeuvres en détails mais plutôt de tenter de vous transmettre ce qu’elles évoquent et portent en elles. Je vous invite à aller voir ces oeuvres sur le site http://lemurdanslemiroir.free.fr/JB... http://www.provencepeople.com/sorti...

Judith Bartolani, l’art contemporain et la Shoah à l’épreuve de la matière et du mot

La forme d’un cénotaphe, des mots en épitaphe, un livre comme un recueil, une matière protectrice forment les deux sculptures de Judith Bartolani, Nos funérailles / les funérailles de Sara et Margarete Sulamith. Ce sont deux œuvres d’art dédiées à la mémoire des morts de la Shoah, elles s’adressent à nous, porteuses de ce passé mais aussi de nos propres blessures et de nos propres morts, elles nous impliquent dans un devoir de mémoire et de transmission. Le livre et les mots jouent sans cesse sur la dualité, chaque élément de l’œuvre est en lutte avec lui-même. Ils incarnent tant l’Histoire, que la religion, que l’artiste elle-même. Ses mots sont les siens et en même temps ceux de ses fantômes, des morts de la Shoah, ceux de Sara qui l’habitent et qu’elle libère par la création.

Au delà du livre, il y a un travail sur la matière qui se déploie dans les deux sculptures, les mots-matière se répandent comme une rumeur autour de l’œuvre et pénètrent en nous. La matière représentative des « humeurs » de la créatrice, violente et informe soumet notre corps à l’épreuve de l’Histoire, de la mémoire, de nous-mêmes. Avant de faire naître ses sculptures, l’artiste a du apprendre ce qu’il s’était passé. "Judith Bartolani par son histoire familiale ressent le drame de la Shoah couler dans ses veines mais en même temps, elle ne l’a pas vécu, elle ne sais pas. Alors, en plus de cette sensation si forte qui l’habite elle s’est documenté, elle a vu des images d’archives de corps entassés, de cheveux coupés, de sang, elle a lu des textes, arpenté avec son propres corps ces lieux du crime en majorité détruits. Travailler à partir d’images d’archives aurait été vécu comme une frustration pour elle, elle devait tout exprimer, ce qu’elle ressent, ce qu’elle a appris.

A l’heure où l’émergence des nouveaux médias plonge la scène artistique dans un bain d’images numériques de toutes sortes, où notre quotidien est traqué par des enregistrements visuels incessants, Judith Bartolani crée sa propre image de ce moment de l’Histoire qui en est presque totalement dénuée. Toute image photographique ou filmique « est une sorte de dénégation de l’absence » (Gérard Wajcman). L’image redonne vie à ses êtres aujourd’hui absents. La part fantomale de l’image freine une représentation de l’absence.

Le travail de Judith Bartolani nous montre comment avec de la matière, du visible il est possible de toucher à ce qui échappe à la visibilité, ce que l’on nomme invisible ou indicible. Elle a choisit de nous donner une « image-matière » de la Shoah. Cela englobe ainsi des données historiques sur drame et sa propre perception intérieure. L’utilisation de l’image d’archive aurait posé une distance entre elle et l’œuvre, la distance de l’Histoire. Elle aurait également imposé cette même distance avec le spectateur. En revanche, les « images-matière » que crée Judith Bartolani englobe le corps et l’esprit du spectateur.

Le public est certes habitué aujourd’hui à des installations d’artistes qui mettent son corps à l’épreuve, où il est acteur de l’œuvre mais face au travail de Judith Bartolani, il endosse un rôle supplémentaire. En ressentant l’œuvre en lui-même, la force de l’investissement de l’artiste, conjugué à ses propres connaissances et images qu’il a de la Shoah le spectateur devient Témoin. L’œuvre d’art est vecteur de Mémoire, non pas une mémoire collective formaté par des expositions historiques mais une mémoire singulière à chacun encrée dans sa chair.

Le travail de Judith Bartolani questionne ainsi les liens entre l’art et l’Histoire, comment représenter artistiquement un fait passé, par quels moyens et avec quels outils en créer une image. L’artiste répond avec des « images-matières » qui ne sont pas figées dans le temps, elles sont empreintes d’un regard très singulier sur ce moment de l’Histoire qui mène à une approche symétrique et inverse d’universalisation. Chaque génération les verra avec son temps et renouvellera ainsi le regard que nous leur portons.

Les « images-matière »sur la Shoah de Judith Bartolani visent à l’intemporalité et donnent au thème de l’art face à l’Histoire une réflexion sur le rôle de l’image et ses diverses formes possibles ainsi que plus de liberté et d’investissement personnel pour l’artiste.

Sophie A.

Sophie A Etudiante en histoire de l’art depuis 6 ans. J’ai rédigé au cours de mes études des mémoires sur les questions d’art en lien avec le Judaïsme 2005 (maîtrise) : Chaïm Soutine, la construction d’un artiste singulier 2006 (dea) : Deux sculptures de Judith Bartolani : l’art contemporain et la Shoah à l’épreuve de la matière et du mot 2007 (année de muséologie à l’Ecole du Louvre) : L’exposition de l’art contemporain au musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Provence People


Commentaires  (fermé)

Logo de serge goldwicht
mercredi 6 février 2008 à 11h43, par  serge goldwicht

Bonjour, je me suis longtemps interrogé sur la possibilité d’un art juif contemmporain.
Voici quelques exemples d’une suite de travaux. http://users.skynet.be/serge.goldwi...
Cordialement,

Serge Goldwicht
Plasticien vivant et travaillant à Bruxelles.

Agenda

<<

2017

>>

<<

Février

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

15 janvier 2016 - Les éditions de l’antilope

En partenariat avec AKADEM "Les éditions de l’Antilope choisissent de publier des textes (...)

13 décembre 2014 - Art Libération : La Vieille Grille, cabaret parisien sur le gril

Article de LIBÉRATION FRANÇOIS-XAVIER GOMEZ 11 DÉCEMBRE 2014 À 20:06 La Vieille Grille, cabaret (...)

13 mai 2014 - Chaîne TV AB Toute l’Histoire le 17 mai : Abie Nathan, "La voix de la paix" film-docu

Film documentaire : Abie Nathan, "La voix de la paix" Auteur-réalisateur : Frédéric Cristéa durée (...)

16 novembre 2012 - Nouvel album : Catherine Lara au coeur de l’âme Yiddish

Sortie le 26 novembre 2012 Nouvel album de Catherine Lara : Au coeur de l’âme yiddish Catherine (...)

13 mars 2012 - Film-documentaire : Dénoncer sous l’occupation

A noter la diffusion en "Prime Time" le 14 mars 2012 sur France 3> Film-documentaire "Dénoncer (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 0h0
par weather.com®

Inconnu

°C


Inconnu
  • Vent :  km/h - N/D
  • Pression :  mbar tendance symbole
Prévisions >>