L’adoption des noms patronymiques

Un texte traduit de l’espéranto : "La Zamenhof-strato" de Roman Dobrzynski, 2003.
jeudi 21 juillet 2005
par Nadia Darmon.H
popularité : 2%
3 votes

(Extrait traduit de l’ouvrage en espéranto "La Zamenhof-strato" de Roman Dobrzynski 2003, Editions Varpas, Kaunas, Lituanie, dans lequel Roman Dobrzynski interviewe Louis-Christophe Zaleski-Zamenhof, le petit-fils du créateur de l’espéranto.)

1) Campagne d’“adoption de noms”

Roman Dobrzynski  : Le nom de Zamenhof, d’origine germanique, s’écrit conformément à l’orthographe polonaise. D’ailleurs, pourquoi les Juifs de Pologne portaient-ils des noms germaniques ?

Louis-Christophe Zaleski-Zamenhof : Suite à l’éclatement de la République de la Noblesse en 1795, la Prusse a effectué une avancée à l’est. Jusqu’en 1807, Varsovie et Bialistok ont appartenu au royaume de Prusse. Les Juifs, qui vivaient alors sur ces territoires en communautés autonomes, n’avaient habituellement pas de noms de famille. L’appareil administratif de Prusse entreprit la nationalisation obligatoire de tous les habitants, ce qui n’était pas possible pour des "anonymes". C’est pourquoi on a mis en place une campagne d’"adoption de noms".

RD  : Comment cela s’est-il déroulé ?

LCZZ : De façon méthodique. En conséquence de quoi les noms spécifiques, imposés par les fonctionnaires prussiens, vont rendre plus aisée, un siècle et demi plus tard, la tâche des fonctionnaires nazis, dans leur tristement célèbre entreprise de sélection.

RD : Il est bien connu que Ernst Hoffmann, qui s’était rendu célèbre comme musicien et écrivain, occupait alors à Varsovie un poste de haut rang dans l’appareil de l’administration prussienne. C’est sur la base de ses oeuvres varsoviennes que Jacques Offenbach a composé son opéra "Les Contes d’Hoffmann" et que Pierre Tchaïkovski a composé le ballet "Casse-noisettes". A-t-il, lui aussi, participé à cette campagne d’adoption de noms ?

LCZZ : Même très activement ! Les gens, dans de longues files d’attente, passaient par son cabinet pour recevoir un nom. Il dictait à son secrétaire les noms qui lui passaient par la tête. L’Anglais Norman Davies, spécialiste compétent de l’Histoire de la Pologne, a rapporté des anecdotes "amusantes" sur l’activité de Hoffmann. C’était bien connu que, si on pénétrait dans son bureau avant le déjeuner, on recevrait un nom triste ; et qu’au contraire, l’après-midi, on recevrait un nom gai. Si le nom composé contenait l’élément "poisson", cela signifiait que le fonctionnaire avait mangé du poisson, ce qui arrivait habituellement le vendredi. Si le temps était mauvais, on risquait de s’appeler Kieseweter. Par beau temps, on avait droit à des noms tels que Himmelblau ou Sonnenfeld. Parfois, après un concert à succès, Hoffmann, en tant que chef de choeur, recevait une gerbe de roses ; alors il baptisait les gens par des noms tels que Rosenkranz, Rosenzweig, Rosenberg, Rosenfeld, etc... Le candidat qui n’avait pas une bonne tête aux yeux du fonctionnaire, pouvait se voir attribuer un nom ridicule, par exemple Dreifuss, qui fut suivi par toute une série de "pieds", tels que Plattfuss ou Breitfuss. Evidemment, cette explication anecdotique ne développe pas de façon exhaustive le sujet de l’adoption des noms. Beaucoup de Juifs reçurent des noms dérivés de l’endroit où ils habitaient... RD : Apparemment, votre nom, qui est composé de deux mots allemands signifiant "grain" et "cour", a d’abord revêtu la forme de "Samenhof". Puis il est devenu Zamenhof, en référence à l’orthographe polonaise.

LCZZ : Pas seulement l’orthographe du polonais, mais aussi celui de l’espéranto. En 1904, mon grand-père a été questionné à ce sujet par des espérantistes de Berlin. Dans sa réponse, il a défendu l’idée que tous les noms s’écrivent selon une phonétique internationale. Cependant, il a ajouté : "Toutes les personnes qui ne craignent pas que leur nom soit estropié ou rendu incompréhensible par une écriture phonétique, pourront déjà écrire leur nom en espéranto en se référant à son alphabet. C’est la raison pour laquelle j’écris mon nom avec un "Z", bien qu’il ait une origine germanique". En tous les cas, il semble que le nom de Samenhof n’a pas pu être le fruit de l’imagination fantaisiste d’un fonctionnaire tel que Ernst Hoffmann, car les noms qui ont été imposés d’office sont très répandus, alors que je ne connais aucune autre famille qui porte le nom de Samenhof ou Zamenhof. Sans doute ma famille venait-elle du Kurland, qui était une partie de la République lituano-polonaise avant sa dissolution en 1795. Le nom peut signifier que la famille s’est occupée du commerce des céréales. Un jourj j’ai reçu une lettre d’un espérantiste de Bavière, dans laquelle il m’informait qu’il habitait près de la bourgade de Samhof. Il émettait l’hypothèse que mes ancêtres s’y étaient arrêtés pour des années ou peut-être des siècls, en interrompant leur migration de l’Espagne au Kurland. Il se peut qu’ils aient adopté le nom de cette bourgade bavaroise. Cependant l’hypothèse selon laquelle le nom a une origine russe est improbable. J’ai moi-même vu à Bialistok le registre d’état-civil, dans lequel le nom de mon grand-père était écrit en alphabet cyrillique : "Zamenov". Ca lui donnait un aspect russe, mais cette forme est très certainement imputable à une erreur de transcription, dans laquelle on a omis le son "h", parce qu’il n’existe pas en russe. Mes ancêtres écrivaient leur nom en cyrillique "Zamengov". Mais veuillez toutefois prendre en considération le fait que mes explications ne sont que pures hypothèses ; je ne suis pas Zamenhofologuen, mais juste Zamenhof. »

2) Une attribution des prénoms insolite :

Ainsi en fut-il pour certains noms patronymiques polonais, il en fut pour l’attribution de prénoms français ; en Lorraine, à Lunéville, dans les années 1930-40, c’était la sage-femme qui choisissait le prénom au plus proche de la sonorité du prénom hébraïque ou yiddish que les parents avaient choisi. Ainsi, lorsque aujourd’hui nous avons un Bernard, cela correspond à Berl, une Brigitte correspond à Brendel, un Ernest à Hershel.

En Afrique du Nord, au moment de la conquête de l’Algérie par les français en 1830, les prénoms étaient principalement bibliques, ou arabo-berbères [1] ou d’origine espagnole [2]. Avec la colonisation française vient la volonté de franciser les prénoms par transcription phonétique ou approchante : ainsi un Maurice est Moshé, un Jacky est Jacob ou Isaac, un Marc est Mardochée ou Mordehaï ou Makhlouf, un André est David, un Henri est Aaron, un Charles est Chalom, un "Edmond est Mimoun, un Simon est Nessim, un Félix est Messaoud ou Fortunée pour Messaouda" [3] etc..

3) La francisation des noms patronymiques en 1808 :

Lors de l’enregistrement des noms à l’Etat-Civil, les Juifs ont eu à se choisir des noms patronymiques ; Napoléon avait incité et autoriser la francisation des noms et des prénoms. Quelques règles ont été émises qui feront l’objet d’un article ultérieur. Au moment du choix, les Juifs choisirent en grande majorité de franciser les prénoms, et conservèrent leurs noms patronymiques d’origine, parfois furent-ils légèrement allégés dans l’orthographe, raccourcis aussi, ou transcrit d’une langue à une autre.


[1] Comme Messaoud, Makhlouf ("Celui qui aura des descendants."), Ghali pour les hommes. Comme Sradé, Ferhé (Joie) ou Frahwa, Messaouda (Fortunée) pour les femmes.

[2] Principalement au Maroc, et/ou pour des prénoms féminins, comme Reina ou Diamante.

[3] source : "A la recherche d’une communauté disparue" Les Juifs de Tlemcen de 1938 à 1954, de Jacques Guy Benhamou, Imprimerie Netprint 38 Bresson.



Commentaires  (fermé)

Agenda

<<

2017

>>

<<

Juin

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

4 avril 2014 - Du 19 au 23 octobre 2014 Yad Layeled propose une formation pour les inspecteurs et les conseillers pédagogiques

Séminaire de formation Yad Layeled France Du 19 au 24 octobre 2014, l’association Yad (...)

9 septembre 2013 - Le sauvetage des enfants juifs, 1938-1945 sur France 5 tv

Remarquable film-documentaire disponible en ligne jusqu’au 15 septembre 2013. L’Oeuvre de (...)

7 mai 2013 - Secrets d’Histoire en Israël sur France 2 ce soir : Un homme nommé Jésus

Bonjour à toutes et à tous, "Nous sommes heureux de vous informer de la diffusion ce soir 7 mai (...)

29 avril 2013 - Film documentaire sur Moissac la Juste : "J’avais oublié"

Moissac la Juste Tout d’abord Moissac au début de la guerre est en zone libre, de nombreuses (...)

29 avril 2013 - Livre : Survivre, les Enfants dans la Shoah de Michèle Gans

"Survivre, les enfants dans la Shoah" de Michèle Gans, éditions Ouest-France "Le bien évident (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 00h30
par weather.com®

Clair de lune voilé

18°C


Clair de lune voilé
  • Vent : 11 km/h - est
  • Pression : 977 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 26 juin
par weather.com®

Inconnu

Max 18°C
Min 16°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 27 juin
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 28°C
Min 16°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 12 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 28 juin
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 23°C
Min 13°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 17 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 29 juin
par weather.com®

Averses

Max 19°C
Min 11°C


Averses
  • Vent : 27 km/h
  • Risque de precip. : 70%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 30 juin
par weather.com®

Soleil voilé

Max 21°C
Min 11°C


Soleil voilé
  • Vent : 25 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 1er juillet
par weather.com®

Averses

Max 17°C
Min 10°C


Averses
  • Vent : 20 km/h
  • Risque de precip. : 60%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 2 juillet
par weather.com®

Averses

Max 18°C
Min 11°C


Averses
  • Vent : 20 km/h
  • Risque de precip. : 50%
<< Prévisions