Le ghetto de Pézenas (XIV° siècle)

dimanche 16 octobre 2005
par Nadia Darmon.H
popularité : 5%
8 votes

Août 2005, Le ghetto de Pézenas [1]

Alors que nous étions en chemin pour la Catalogne, celui-ci nous conduisit à faire une halte à Pézenas, charmante petite ville de l’Hérault, dont je savais qu’il y eût un ghetto.

JPEG - 22.7 ko
Porte du ghetto de Pézenas.
ph/Neh 2005

D’un seul pas, nous avons traversé le centre ville pittoresque et animé et sommes arrivés sur une jolie place où le personnel de l’Office du Tourisme [2] nous accueillit. Aussitôt, nous avons demandé où se situait le ghetto sur le plan et nous fûmes renseignés tout aussitôt. Puis, la personne prit le temps de nous donner quelques explications et nous dirigea vers une autre personne plus informée puisque Françoise (c’est son prénom) avait travaillé sur le sujet dans le cadre de l’association "Les amis de Pézenas" et avait même contribué à la restauration du cimetière juif en 2003. Surprise agréable ! Non seulement une association s’était intéressée au ghetto, avait entrepris la restauration d’un cimetière retrouvé au milieu d’un champ et y avait impliqué la municipalité et l’Office du Tourisme. Françoise nous fournit volontiers tous les documents qui avaient été publiés sur la découverte du cimetière et nous indiqua le chemin pour nous y rendre. Plus tard, elle me fit aimablement parvenir les extraits d’un ouvrage "L’histoire de Pézenas" dont quelques extraits ci-après.

Notre halte à Pézénas dura quelques heures de flânerie et de découverte réjouissante qui prit la forme d’un jeu de piste.

Nous empruntons la rue piétonne Emile Zola très animée et parvenons à la maison de Jacques Coeur qui arbore des blasons aux motifs animaliers, le grand Argentier du roi qui avait établi le centre de ses opérations commerciales à Montpellier en 1432, avait créé une factorerie à Pézenas réputée pour son activité de négoce. En 1436, "il fut envoyé par Jean Beloysel, maître des comptes et maître de la Chambre aux deniers du roi et de la reine "à Montpellier et à Pézenas pour toucher une délégation de mille moutons d’or faite au nom de la reine sur ses comptables du Languedoc". [3]

De là, nous apercevons ce qui fut une porte, celle du ghetto un tunnel sombre au-delà duquel nous entrerons dans la rue de la Juiverie.

JPEG - 29.4 ko
Porte biaise de la Conciergerie
Contiguë à la porte du ghetto de Pézenas. ph/Neh 2005 -

Sur la droite, contiguëe à la porte du ghetto, la porte biaise de l’ancienne prison consulaire, "si curieuse (...) surmontée d’un linteau sculpté de rosaces et de bucranes et flanquée de deux colonnes ovales dont une seule subsiste." Sur la gauche, une des portes d’accès de la vieille ville, la Porte Faugères. J’ignore s’il existe un lien dans cette proximité avec le ghetto, la maison de Jacques Coeur et la Conciergerie.

C’est vers 1298 que les Juifs se seraient établis à Pézenas, venus d’Espagne, du Portugal et d’Italie, attirés probablement par la renommée des Foires de Pézenas. Leurs activités de changeurs de monnaie et de prêteurs les rendaient utiles au bon fonctionnement des Foires, les forains venant de toutes les régions munis de leurs propres monnaies.

JPEG - 25.4 ko
Porte du ghetto de Pézenas.
vue de la rue Juiverie. ph/Neh 2005 -

Au commerce "typique" de vieux habits et de bestiaux, ils ajoutèrent l’activité régionale de la vente des laines et des draps, "ils polissaient aussi le verre, trafiquaient l’alcool, du vin, des parfums et de l’huile." Les draps de Montpellier étaient réputés sous le nom de panni e Montepessulano .

JPEG - 21.9 ko
Maison dans la rue Juiverie
ph/Neh 2005

"Leurs vaisseaux partaient d’Agde, de Lattes et allaient s’approvisionner en marchandises en Italie et jusque dans les pays d’Orient. Ils trouvaient en Espagne, à Séville notamment, les étoffes de soie. Ils en rapportaient aussi les produits des mines d’or, d’argent, de fer, d’antimoine qu’ils répandaient dans tout l’Occident. Ils devenaient ainsi les courtiers, les agents uniques du négoce mondial."

On peut s’avancer à dire que là où une Foire s’installait, des Juifs s’établissaient. Quel fut le mécanisme de ces établissements ? Etaient-ils attirés vers de nouveaux lieux d’activités ? Etaient-ils appelés par les pouvoirs locaux pour tenir une fonction "honnie" par l’Eglise mais bien utile néanmoins au fonctionnement d’une économie comme l’avaient si bien compris les Comtes de Champagne ? A la fonction de changeur et de prêteur, ils manient plusieurs langues et sont d’excellents intermédiaires dans le commerce par delà les frontières. Nous pouvons constater chaque fois que le nombre de la population juive est proportionnel à la taille de la localité et de son activité économique. A Pézenas, le quartier Juif représente deux longues rues, nous verrons qu’à Elne, il représente un minuscule réduit où ne pouvaient loger que quelques familles (4/5 ?). Par ailleurs, il faut imaginer que bien des familles juives erraient à la recherche d’un havre, au XIII° siècle ils subissent déjà les premières expulsions du royaume de France, les émeutes et pillages antijuives de la population ou des croisés, l’exiguïté et la surpopulation de certains ghettos.

JPEG - 15.5 ko
Plaque rue Juiverie, Ghetto de Pézenas.
ph/Neh 2005

Les Juifs du Languedoc-Roussillon sont aussi la plaque tournante d’une activité intellectuelle foisonnante, entre l’Orient et l’Occident, leurs compétences et leur savoir profitent à la société Chrétienne et arabo-musulmane. Au XIII° siècle, avant leur expulsion des terres de France, Lunel, Montpellier, Narbonne, Béziers, comptaient des écoles talmudiques de grand renom, des centres de traduction et de diffusion du savoir scientifique vers l’Occident, le centre de Lunel contribua aux traductions et à la Kabbale, Montpellier à la fondation de la première Faculté de Médecine.

"Par un accord entre eux et les consuls, ils s’obligeaient à payer chaque année à la ville (de Pézenas) « cinquante sols pour les tailles de leurs biens, possédaient la faculté d’avoir une boucherie particulière ». Une sentence des vigiers de Béziers, du 13 avril 1332, imposait aux Juifs étrangers, traversant Pézenas ou venant y vendre, un droit de leude : « Juif et Juifve passant et étant à cheval, quelque jour que ce soit, paieront treize deniers pour leude et si la Juifve est enceinte vingt-six deniers » [4] Ils payaient de même façon la traversée de l’Hérault au Pont de Montagnac." [5]

La porte de la Juiverie franchie, le quartier a conservé toute son intégrité, “les rez-de-chaussée des bâtisses n’offrent au visiteur "aucun étal, aucun marchand, point de vitrine, point de devanture. Une petite écurie pour l’âne, devant le seuil une ou deux marches de pierre usée, pour accéder aux étages un escalier étroit, telle est la demeure. La rue des Litanies qui , de la seconde issue du ghetto grimpe jusqu’à la butte du Château, ne voit circuler aucn véhicule. Point de mouvement, c’est le silence, le sommeil, le recul dans un passé très lointain.

JPEG - 30.9 ko
Rue des Litanies, ghetto de Pézenas.
Sous les remparts du Château. ph/Neh 2005

Les maisons aux façades ridées semblent, pour ne pas tomber, s’appuyer les unes aux autres. Elles sont comme le symbole des Juifs eux-mêmes qui les habitaient jadis, seuls, loin du monde, bien unis cependant dans leur communauté. On s’attend à les voir sortir, un petit rond [6] de drap jaune sur la robe pour qu’on puisse les reconnaître.”

Et c’est vrai, une fois la porte franchie, le calme et la sérénité qui y règnent tranchent avec l’animation commerçante des autres rues ; les touristes semblent s’arrêter à la porte.

JPEG - 31.5 ko
Impasse fleurie, ghetto de Pézenas.
Est-ce ici que fut située la synagogue ou le Miqwé ? ph/Neh 2005

Des fenêtres fleuries là où la rue Juiverie et la rue des Litanies forment un coude, arrêtent le regard songeur ; ce cul-de-sac légèrement pentu semblerait marquer l’emplacement de la Synagogue où un chroniqueur signala avoir vu en 1792 un miqwé , [7] "dans la tour carrée du sieur Messes, une grande cuve, d’une terre composée, servant autrefois à leur purification" non identifiée avec certitude à ce jour.

La rue des Litanies grimpe jusqu’au deuxième accès du ghetto, sous les murs du Château. Rien n’indique l’origine du nom de la rue, se peut-il qu’il soit lié aux Juifs qui psalmodiaient jadis entre leurs murs du ghetto de Pézenas ?

JPEG - 20 ko
Du haut de la rue des Litanies
Ghetto juif de Pézenas. ph/Neh 2005

D’aucuns se perdent en conjectures, les quartiers juifs étaient-ils fermés le soir, de la volonté même des Juifs ou de celle qui leur était imposée ?

JPEG - 23.6 ko
Rue du Château, ghetto de Pézenas.
la rue des Litanies débouche sur la rue du Château. Ph/ Neh 2005

L’organisation d’une vie juive conformément aux règles favorisaient un regroupement naturel autour d’un même quartier, lui même tourné vers un lieu de prières, un miqwé , des commodités d’approvisionnement, et un voisinage qui présentait les mêmes exigences d’observance religieuse ; gage d’une moralité assurée, de la solidarité et d’une sécurité du groupe. La tradition juive prônant la discrétion et la pudeur dans la vie sociale et familiale, les femmes avaient naturellement leurs activités tournées vers la tenue du ménage, l’éducation des enfants, des oeuvres communautaires de charité et d’entre-aide. Cependant que dans la France du Nord, Rachi avait admis dès le XI° siècle qu’une femme allât chercher du travail à la ville, montât à cheval, ou servît une maîtresse chrétienne. Peut-être le ghetto fut-il fermé le soir par les Juifs eux-mêmes, par souci de sécurité, se protégeant des soudards et de la soldatesque, des vélléités soudaines de pillage, de pogrom ou de conversion forcée, de la part de la population ou du seigneur local. Mais aussi sûrement, le fut-il aussi de la volonté des pouvoirs locaux, notamment après le Concile de Latran (1215) qui interdit aux Juifs de frayer avec les Chrétiens, et leur imposa la Rouelle.

JPEG - 15.1 ko
Rue des Litanies, ghetto de Pézenas.
ph/Neh 2005

Il est probable qu’une mesure préventive devint obligation d’enfermement, en général la configuration des ghettos s’y prêtaient trop bien pour être anodine.

La plaque apposée à l’entrée du ghetto indique que la Communauté juive disparut probablement en 1394, lors de l’une des dernières expulsions du royaume de France.

Nous avions encore un rendez-vous avec Israël Bédarride avant de quitter Pézenas, ou la mémoire Juive exhumée à Pézenas. Reportez-vous à l’article qui lui est consacré.


Pour plus de renseignements : Contact : Association "Les Amis de Pézenas", "Maison Molière" 6, rue Four de la Ville - BP 36 - 34120 Pézenas - tél : 04.67.98.11.82


[1] Source : "L’ami de Pézenas" Sept 2003, n°30. Bibliographie :- Notices nécrologiques par MM J.Félix, E. Lisbonne et H.Delpech. Extraites des Archives israélites, de la Revue judiciaire des Cours impériales et du Messager du Midi. Montpellier. Imprimerie typographique de Gras. MDCCCLXX. (Collection particulière.
- Danièle et Carol Iancu, Les Juifs du Midi, une histoire millénaire. Editions A. Barthélemy. Avignon 1993.
- André Ducel. Les électeurs censitaires dans la circonscription de Pézenas sous la monarchie de Juillet. In Actes du XLVIII° Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon. Pézenas, les 10 et 11 mai 1975. Montpellier 1976.
- Revue hebdomadaire. Journal consacré aux matières littéraires, morales, politiques, commerciales et industrielles. Avril 1833-mai 1834. Imprimerie de Gabriel Bonnet (Collection particulière).
- Registre de délibérations 1842-1852. Archives municipales de Pézenas.

[2] Contact : "L’ami de Pézenas, Bulletin de l’association "Les Amis de Pézenas", septembre 2003, n°30. "Maison Molière" 6, rue Four de la Ville - BP 36 - 34120 Pézenas - tél : 04.67.98.11.82.

[3] Vallet de Viriville. Sources : Histoire de Pézenas, Une ville d’Etats, p22.

[4] Archives Municipales Layète 2, Liasse 5, Charte 5.

[5] Archives du Château de Marennes.

[6] La Rouelle que les Juifs devaient coudre sur leur vêtement, et dont ils acquittaient une taxe.

[7] Bain rituel de purification des femmes après leurs périodes de menstruation.



Commentaires  (fermé)

Logo de Evelyne Moresco
dimanche 26 juillet 2009 à 10h12, par  Evelyne Moresco

Bonjour,

Je m’arrête depuis de nombreuses années à Pezènas en descendant de ma timide Lorraine ou de ma jolie Alsace...... en allant vers Perpignan.

Et c’est la première fois que je sillonne le ghetto avc un bien être inexplicable, je ne le connaissais pas...........

Merci pour votre article que j’ai lu avc un immense plaisir et toujours avc ce bien être inexplicable....

Cordialement.

Evelyne Baggio-Moresco.

Site web : Bonjour,
Logo de christiane Trayssat-Huynh
samedi 10 novembre 2007 à 23h42, par  christiane Trayssat-Huynh

je viens juste de découvrir cet article je suis souvent à pézenas où je possède une résidence secondaire depuis 1996 votre article m’a fort intéressée ayant une arrière-grand-mère juive mais convertie au catholicisme je cherche à retrouver des racines occultées par la famille . merci pour ces informations Christiane Trayssat-Huynh

Logo de jacline
samedi 11 août 2007 à 23h54, par  jacline

Je ne sais si vous consulterez un jour votre reportage...car il s’agit bien là d’un reportage unique, plein d’affects et de ressentis...par vous de vous de votre visite guidée j’ai appris plus qu’il n’en fallait.... par suggestion propre...qui lui confére cette richesse de coeur...Pézénas est ma ville proche depuis 27 ans et j’avoue que je la découvre avec des yeux nouveaux...et le quatier*** du ghetto***(o combien triste nomination) que j’arpente bien souvent, pour son calme, sa joliesse ... sa musique... chants...et richesse d’ailleurs..semble encore vigoureuse en 1586....puisque détentrice d’un minutier de cette époque(actes notariés...) portent en bas d’actes l’Etoile accompagnée de la signature..il est même un acte rédigé en hébreu....puissiez vous un jour lire ce message..je vous laisse mon adresse.....Bien à vous...puissiez vous lire.jacline

Agenda

<<

2017

>>

<<

Avril

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

5 avril 2014 - Sur Histoire tv documentaire : Le musée d’Israël à Jérusalem

Dans la série Documentaire Secrets de musées Episode 16/26 - Le Musée d’Israël à Jérusalem Durée (...)

11 avril 2013 - Livre : Le patrimoine juif en France - synagogues, musées et lieux de mémoire

ITINERAIRES DE DECOUVERTES aux EDITIONS OUEST-FRANCE LE PATRIMOINE JUIF EN FRANCE Synagogues, (...)

29 août 2011 - Mise au point de Mémoire Active d’Algérie à propos du regroupement des cimetières

Voici pour information le courriel adressé au ministère des affaires étrangères Français à la (...)

16 avril 2011 - Pour la sauvegarde du patrimoine juif à Cavaillon

Appel à signature lancé par l’association Kabellion "La commune de Cavaillon possède au cœur de (...)

28 février 2011 - L’émission TV Fugues accessible en ligne : Sur le chemin des synagogues

Sur FR3 BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE Rediffusion de l’émission FUGUES du 24 janvier 2010 pendant 15 (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 14h30
par weather.com®

Soleil voilé

13°C


Soleil voilé
  • Vent : 12 km/h - nord
  • Pression : 988 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 23 avril
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 13°C
Min N/D°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 12 km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 24 avril
par weather.com®

Soleil

Max 18°C
Min 7°C


Soleil
  • Vent : 12 km/h
  • Risque de precip. : 0%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 25 avril
par weather.com®

Averses

Max 13°C
Min N/D°C


Averses
  • Vent : 22 km/h
  • Risque de precip. : 80%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 26 avril
par weather.com®

Pluie et neige mélée

Max 8°C
Min -1°C


Pluie et neige mélée
  • Vent : 6 km/h
  • Risque de precip. : 80%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 27 avril
par weather.com®

Orage épars

Max 10°C
Min -1°C


Orage épars
  • Vent : 12 km/h
  • Risque de precip. : 50%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 28 avril
par weather.com®

Orage épars

Max 11°C
Min N/D°C


Orage épars
  • Vent : 9 km/h
  • Risque de precip. : 30%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 29 avril
par weather.com®

Soleil

Max 14°C
Min 2°C


Soleil
  • Vent : 6 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<< Prévisions