Héricourt en Haute-Saône

mardi 1er novembre 2005
par Nadia Darmon.H
popularité : 1%
40 votes

Communauté juive de Héricourt

Cette communauté juive aujourd’hui éteinte, fut ce que furent toutes les communautés juives rurales de l’Est de la France ; marchands de bestiaux pour la plupart, colporteurs allant de ferme en ferme, fournisseurs aux armées.

13 familles - 43 familles recensées le 15 octobre 1940 -

Création de l’association cultuelle Israélite, le 19 octobre 1906, composée de 44 membres. (Journal Officiel, jeudi 25 octobre 1906) au 29 faubourg de Belfort, actuellement au 29 avenue Léon Jouhaut. Dans la Maison de Monsieur James Schwob [1], industriel, élu du Canton d’Héricourt, qui a vendu la propriété à l’association.

Familles Blumstein - Feibelmann - Ducas - Bruschwig - Grumbach - Meyer - Haguenauer - Gensburger - Bloch - Bushbaum - Levy -

Tiré de "Héricourt sous l’occupation" de Pierre Haas, Directeur d’Ecole -

«  (...) 7.2.1942. Nous recevons une note enjoignant aux fonctionnaires ayant des noms à consonance hébraïque de se justifier, faute de quoi ils seront suspendus (ensuite pendus probablement). (...) 13.7.1942. Deux nouvelles arrestations ont été opérées en ville, la mère et le fils, sujets juifs. On prétend qu’ils ne portaient pas assez ostensiblement l’étoile de David. (...) 9.10.1842. Les Allemands ont arrêté et emmené tous les juifs étrangers d’Héricourt, des Polonais, en général. Ils ont traité ces malheureux comme du bétail. On croit qu’ils seront dirigés sur le camp de concentration de Drancy, car il ne convient pas à la race des seigneurs de coudoyer des individus de race si inférieure. Parmi les soldats en caserne, il y a précisément un certain nombre de Polonais, qui avaient primitivement été désignés comme travailleurs en Allemagne. On leur fit ensuite l’honneur de les élever à la dignité de combattants allemands, sans les consulter. En vertu de quoi ils furent revêtus de l’uniforme feldgrau. Cependant, la race est la race, on ne peut la changer. Et bien que l’habit fasse le moine, ces Polonais ne sont pas devenus des seigneurs. Ceux-ci commandent ; eux, obéissent. (...) 22.2.1944. Aujourd’hui ont été rassemblés à la mairie, les juifs restant à Héricourt, sauf quelques-uns pourtant qui sont parvenus à s’échapper. Ils ont ensuite été transférés à l’école maternelle du faubourg, où de nombreux amis et connaissances compatissants leur sont venus en aide. Ils ont enfin été poussés vers des camiions et dirigés sur Drancy où les plus mauvais traitements les attendent. »

Raffles des 12 juillet 1942 - 9 octobre 1942 - 24 février 1944 - 27 arrestations - Destinations : Auschwitz et Dachau. Morts en déportation : Brunschwig Reine, Buschbaum Lucien (de métier Boucher), Grumbach Arthur, Grumbach née Bloch Reine, Haguenauer Abraham, Haguenauer née Meyer Reine, Meyer Adolphe, Meyer née Levy Cécile, Meyer Lucien, Meyer née Huser Jeanne.

Héricourt compte parmi ses habitants, des "Justes parmi les nations"

- Roger METIN :

“Sur les traces des Ulmann”

« Depuis 1943, Andrée Berthel, agent de liaison de Magny-Vernois en Haute-Saône, s’interrogeait encore sur l’étrange disparition d’une famille juive qu’elle devait aider à fuir [2] Le château de Vy-Lès-Lure en Haute-Saône renfermerait-il à tout jamais son terrible secret ? c’eut été probable sans l’intervention d’un lecteur belfortain. Roger Métin, 62 ans aujourd’hui, se rappelle de tout :

J’ai la mémoire des noms”, reconnaît-il. En l’occurance, il nous donne celui de la famille : Ullmann. Et des trois enfants : René, 12 ans, Huguette, 9 ans, et André, 5 ans.

Andrée Berthel devait les amener en Suisse, via un passeur. A son arrivée, dans la nuit, plus personne. "Seules des tables et des chaises renversées pouvaient témoigner d’éventuelles traces de lutte", avait-elle remarqué. "Monsieur Ulmann était dans la cour lorsqu’il a vu les Allemands arriver". raconte Roger Métin. [3] "Il s’est alors enfui dans les bois, laissant à René le soin de dire à sa mère qu’il allait en Suisse chez son frère." Par colère, les Allemands auraient saccagé la belle bâtisse. Reine Ulmann, seule avec ses trois enfants, se réfugie chez ses parents à Héricourt. Avant de tenter de passer à son tour en Suisse. "Mais elle a eu affaire à un passeur véreux qui l’a livrée aux Allemands." Elle se retrouve ainsi à la Kommandantur de Montbéliard. L’idée de venir en aide aux enfants, cantonnés dans la cour, vient naturellement à Roger Métin. Il entame une partie de foot qui conduira les enfants Ulmann à l’abri. Les jeunes sont cachés. On leur fabrique de faux papiers. Leur nouveau nom ? Dupont.

Ils parviendront à rejoindre leur père. La mère n’est malheureusement jamais revenue d’Auschwitz. Aujourd’hui, Huguette est journaliste à Paris-Match, René et André sont avocats, l’un à Strasbourg, l’autre bâtonnier à Paris. » Roger Métin mérite sans doute d’être distingué.

- Louis FELTEN et son épouse Jeanne Degremont Parmi les 21308 Justes français dont 54 gendarmes français ayant reçu la distinction de "Juste parmi les nations" délivrée par l’Etat d’Israël par le Musée Yad Vashem, figure désormais - depuis le 8 juillet 2010 - Louis Felten, gardien de la paix à Héricourt durant l’occupation allemande et son épouse Jeanne Degremont. Ils avaient recueilli à leur domicile à Héricourt, de parents belfortains (raflés, déportés et morts à Dachau) Yvan Rueff, du 5 février au 28 août 1944. En août 1944, Yvan Rueff a rejoint le maquis du Lomont. Son épouse raflée à son tour, était parvenue à sortir du camp de Drancy, prouvant qu’elle n’était pas juive.

Quant à Louis Felten, né en 1913 à Guebwiller, était devenu gardien de la paix en 1942 et avait pris son poste en 1943 à Héricourt. Depuis le 25 juin 1943 il faisait partie du groupe de Résistance OCM région D2, section Doubs Lizaine. Ses chefs furent élogieux à son endroit, Charles Jeand’heur (le Vieux trappeur), Marcel Elion, Charles Demougeot. Louis Felten participe à de nombreuses actions - coups de main, réception de parachutages, transports d’armes, de blessés, sabotages à l’explosif. Fourniture de faux papiers à des fugitifs. Renseignements grâce à sa maitrise de l’allemand - Louis Felten est arrêté le 11 septembre 1944 par Walter Menzel, chef de la Gestapo d’Héricourt. Il est déporté à Heilbronn, il est libéré en mai 1945, retrouve sa famille et reprend du service jusqu’à son départ à la retraite en 1968.

C’est après une longue enquête débutée en 2006 déclenchée par sa fille Jeanine Sainsimon-Felten qui a pu réunir tous les documents de preuve permettant au Consul d’Israël Gilbert Roos de procéder à Strasbourg, au nom de l’Etat d’Israël, à la remise de la médaille et du diplôme de "Justes parmi les nations", à Louis et Jeanne Felten. Leur nom sera inscrit dans la Vallée des Justes au Mémorial Yad Vashem à Jérusalem. Source : article de Claude Raymond, Le Pays BHM, du 9 juillet 2010.

La commune d’Héricourt commémore chaque année, le 17 juillet, le souvenir de la Rafle du Vel d’Hiv, par une cérémonie officielle suivie d’un verre de l’amitié. Cette cérémonie donne lieu à un émouvant et marquant discours de la part du Préfet de Haute-Saône et du Maire de la ville.

Que reste-t-il à Héricourt du passé juif ?

Il ne reste aujourd’hui du passé juif d’Héricourt, quelques initiales en ferronnerie sur des portes et portails de certaines maisons ; une Mezzuzah oubliée sur le montant du portail de la Maison de James Schwob qui servit de lieu de prières, avenue Léon Jouhaut. Il reste une parcelle de terrain privée où se dresse un caveau familial vide avec les initiales. Il reste les vestiges de l’usine des Schwob d’Héricourt qui employait jusqu’à mille personnes et le village ouvrier qui les logeait. Une des anciennes employées m’a confié un jour que le mobilier familial aurait été distribué après guerre, aux ouvriers et aux cadres de l’usine selon le souhait de André Schwob d’Héricourt.

L’histoire des Juifs de Héricourt ne serait pas complète sans évoquer le souvenir de la famille Schwob qui accola d’Héricourt pour se distinguer des nombreuses familles schwob. "Edmond Schwob et Mr André Schwob étaient de la même famille, nés à Lure. André Schwob fut maire d’Héricourt le 11 mai 1911. La famille Schwob d’Héricourt a joué un rôle considérable dans l’industrie textile en France."
- Lien à à consulter : Article Edmond Schwob, par "Franck d’Almeida", publié le 01/06/12 dans le Picardia, l’encyclopédie picarde.


[1] Oncle du Capitaine Alfred Dreyfus, qui recueillit les enfants du Capitaine lorsque ceux-ci furent renvoyés du Lycée anciennement de garçons de Belfort, aujourd’hui Lycée Condorcet.

[2] Est Magazine du 6 mai.)

[3] Roger Métin, est un homme charmant, d’origine protestante né à Héricourt. Chacune de ses poignées de main données à un Israélite, est accompagnée d’un Shalom amical. Lors des faits, il était adolescent. Il a retrouvé la trace des enfants Ulmann et a gardé le contact. Mais personne ne s’est jamais occupé de déposer une demande de médaille de "Juste parmi les Nations". Il se souvient encore avoir assisté à l’arrestation de Madame Levy, d’une famille de maquignons dont il gardait parfois les boeufs, que l’on faisait monter dans un camion à coups de matraques.



Commentaires  (fermé)

Logo de SYLVIA
vendredi 11 septembre 2009 à 21h32, par  SYLVIA

bonjour,auriez vous entendu parler d’un enfant caché dans la ferme des Haustete à Longevelle ????MRERCI.SYLVIE HAUSTETE

Logo de Eve Line Blum
lundi 26 novembre 2007 à 09h25, par  Eve Line Blum

Bonjour. Je ne suis pas historienne mais j’effectue actuellement un travail bénévole sans aucune prétention, destiné précisément à rappeler, un peu plus concrètement que par seulement un nom et un prénom, la mémoire des Juifs originaires de Franche-Comté ou y ayant demeuré (notamment à Héricourt) avant leur déportation,. Je recherche en particulier des informations sur l’époque à laquelle est arrivée à Héricourt l’enfant Ruth MARX, née à Tübingen (Allemagne) le 12 juilllet 1933, confiée pendant quelques mois à sa grand-mère Blanda MARX, également réfugiée à Héricourt, avant de repartir avec ses parents. Ils ont malheureusement été arrêtés, la mère et l’enfant ont été victimes des fusillades de masses à Riga (Lettonie). Seul le père a survécu, s’est établi aux États-Unis où il est décédé en 1983. Blanda MARX a été déportée à Auschwitz en novembre 1942 par le convoi 42.

Logo de Nadia Darmon.H
jeudi 8 novembre 2007 à 10h24, par  Nadia Darmon.H

Nous espérons que les services culturels de la Municipalité ouvriront un jour un chantier d’investigation qui permettrait de restaurer cette mémoire héricourtoise et de redonner une âme juive à certains lieux d’Héricourt.
Nous souhaiterions y travailler dans les prochaines années.
L’ancien Maire d’Héricourt, Mr Michel est à l’origine de la commémoration nationale de la rafle du Vel-d’hiv, ce qui est tout à l’honneur de Héricourt et de son maire. Fallait-il le rappeler ?

Ainsi, je note vos coordonnées afin de vous contacter en temps voulu.

Logo de Linda AMIRI
dimanche 4 novembre 2007 à 12h55, par  Linda AMIRI

Bonjour,
Originaire d’Héricourt, je puis vous affirmer que cette histoire est ignorée de la très large majorité des héricourtois. Certes, une stèle commémore la rafle du Vel d’hiv’ mais il ne reste plus rien de la communauté juive dans la mémoire collective de cette petite ville de Haute-Saône.Si toutefois il existe un travail historique en cours, je serais ravie d’y participer.
Linda AMIRI
Historienne

Logo de franck
dimanche 1er avril 2007 à 22h58, par  franck

Madame,

je vous remercie sincèrement pour vos recherches

J’ai la confirmation que ma mère Rachel Blumsztein n’a eu la vie sauve que parce qu’elle était née en France et avait la nationalité Française.
Par contre il existe dans le document du commissariat d’Héricourt quelques "omissions" concernant la rafle du 12 juillet 1942 : ainsi,
Feibelmann Ruth aurait été violée sur place au préalable, et transférée, non pas le jour même mais 48heures plus tard d’après les souvenirs de ma mère.
Quant à ma mère âgée de 8 ans, à l’époque, elle étatit de nationalité française mais raflée avec son père le 9 juillet 1942. Le texte mentionne une libération le jour même. Ceci est inexact
puisqu’elle a été incarcérée à la prison de Lure durant 3 semaines, avant, effectivement, d’être relachée en pleine nuit.
Son témoignage sur le soutien dont elle a bénéficié à Héricourt est "éloquent".

Savez vous qui étaient les préfets de Dijon et Vesoul à l’époque ? Je n’arrive pas à obtenir l’information sur internet.
Peut on se procurer l’ouvrage ou le témoignage que vous citez de Mr Haas : "Héricourt sous l’occupation" ?
Je peux vous livrer une synthèse de l’histoire de notre famille, si vous le souhaitez, qui doit paraître prochainement dans la suite d’un ouvrage
sur le Convoi N°6 .
Ma mère se souvient des enfants Ulmann qu’elle n’a jamais revus...

Veuillez recevoir, l’expression de mes sincères salutations

Franck HAZIZA

Logo de Nadia Darmon.H
vendredi 2 mars 2007 à 20h21, par  Nadia Darmon.H

Cher monsieur,
Comme promis je me suis procurée la liste des Israélites déportés nés ou ayant vécu à Héricourt.
J’y trouve :
- N° convoi 42 : Blumstein Bereck né à Kranosiche le 1/11/1895, destination : Auschwitz, date de décès non précisé.

- N° convoi 6 : Blumstein Sura née Boczkowska, à Melawa le 13/08/1907, destination : Auschwitz, date de décès non précisé.

- N° convoi 6 : Blumstein Charles-Samuel, né à Melawa, le 28/01/1924, destination : Auschwitz, date de décès 10/10/42.

L’ouvrage "La Haute Saône dans la 2ème guerre mondiale" de Jean-Claude Grandhay, édition ERTI, pages 223 à 225, mentionne ceci :

"12 juillet 1942
Héricourt
Les services du Commissariat d’Héricourt arrêtent, en matinée, trois Juifs étrangers demeurant à Héricourt.
- Blumztein Charles, né le 28 janvier 1924, sans profession, de nationalité polonaise.
- Blumztein née Burzkowska Sura le 13 août 1907, sans profession, un enfant, de nationalité polonaise.
- Feibelmann Ruth, née le 16 juin 1920, sans profession, de nationalité allemande.

Placés en chambre de sureté au Commissariat de Police, ces trois personnes sont prises en charge, dans la soirée, par la Brigade de gendarmerie locale.
Transférées à Vesoul à bord d’une voiture le 13 juillet de 19h à 20h, elles prendront le train de 1h48 le 14 juillet, escortées par deux gendarmes.
La traversée de Paris se fera dans une automobile de la Gendarmerie et elles arriveront au camp de Pithiviers le 14 juillet 1942.

13 juillet 1942
Par télégramme, le Préfet Régional fait savoir au Préfet de la Haute-Saône que les Juifs nécessiteux, estropiés ou les enfants qui resteraient après le départ de leurs parents ne peuvent être secourus que parl’association juive "Union Générale des Israélites de Frande", à l’exclusion de toute autre, même la Croix Rouge.

14 juillet 1942
Recensement des Juifs existant en Haute-Saône.
Juifs allemands ou polonais :
Moins de 16 ans : 1 polonaise
de 16 à 45 ans : 1 polonais, 1 polonaise,
de plus de 45 ans : 1 polonais, 5 allemandes.

Juifs infirmes ou estropiés de nationalité allemande : 1 femme de plus de 45 ans.

Juifs d’origine allemande se disant sans nationalité :
1 moins de 16 ans, 1 de 16 à 45 ans, 3 de plus de 45 ans.

Juifs des états alliés ou neutres :
1 hongroise de moins de 16 ans, 1 hongrois et 1 roumaine de 16 à 45 ans, 1 hongroise de plus de 45 ans.

Juifs mariés à des aryens :
3 hommes et 4 femmes de 16 à 45 ans, 3 femmes de plus de 45 ans.

Juifs de nationalité française :
15 h et 9 f de moins de 16 ans, 9 hommes et 30 femmes de 16 à 45 ans, 50 h et 75 f de plus de 45 ans.

Juifs estropiés, infirmes de nationalité française : 2 hommes et 6 femmes.

26 août 1942
Vesoul
Les feldgendarmes procèdent à l’arrestation du Juif allemand oublié par les autorités françaises dans leur recensement :
- Rosenbacher Martin, né le 23/05/1921, à Nuremberg, demeurant à Vesoul, 13 rue des Tanneurs. Interné à Drancy, il sera déporté à Auschwitz le 2 sept 1942.

9 octobre 1942
Télégramme officiel urgent du Préfet Régional Dijon à Préfet Vesoul n°5 366 417 (Texte 8 1840) donnant une liste de noms de Juifs à arrêter par la gendarmerie ou la police française.

- BLUMSTEIN Rachel
née le 15 janvier 1934
demeurant à Héricourt
de nationalité française.
Relachée le jour même à cause de sa nationalité.

- Fuchs Bella, né le 17 août 1897, demeurant à Lure, sans profession,
- Son épouse née Herzog le 4 avril 1896,
- un enfant Fuchs.
Ces trois personnes, de nationalité hongroise, seront également relachées le même jour, leur nationalité n’étant pas comprise sur la liste.

(...)

- Blumztein Bezeck
né le 1 janvier 1895,
demeurant à Héricourt
de nationalité polonaise.

(...)

Les huit personnes arrêtées seront rassemblées à la prison de Lure, puis transférées sans incident au camp de Drancy le 20 octobre 1942.
Toutes feront partie du convoi n°42 qui quittera Drancy le 6 novembre et arrivera à Auschwitz le 8 novembre 1942.

Monsieur Haas, dans son "Héricourt sous l’occupation" (non daté) apporte son témoignage sur cette opération. "Les allemands ont arrêté et emmené tous les juifs étrangers d’Héricourt, des Polonais en général.
Ils ont traité ces malheureux comme du bétail. On croit qu’ils seront dirigés sur le camp de concentration de Drancy, car il ne convient pas à la race des seigneurs de coudoyer des individus de race si inférieure..."

(...)

Logo de Nadia Darmon.H
lundi 19 février 2007 à 21h36, par  Nadia Darmon.H

Merci de vos précisions.
J’essaie d’en savoir davantage et vous communiquerai le résultat de mes recherches.
Toutefois, vous pouvez compléter si vous connaissez l’histoire et/ou la suite des événements concernant la famille Blumstein d’Héricourt.

Cordialement.%-)

Logo de Franck HAZIZA
mercredi 7 février 2007 à 22h23, par  Franck HAZIZA

Je suis le petit fils de "la mère et le fils" déportés le 13 juillet 1942 et qui sont évoqués dans votre article. Il s’agit de Sarah Blumsztein et Samuel Blumsztein. Ma mère qui avait 8 ans n’a pas été raflée ce jour là mais en octobre1942 avec son père. Elle a été miraculeusement libérée aprs 3 semaines de détention et a survécu.

Je souhaiterai recueillir des témoignages sur cette époque.

Franck HAZIZA

Logo de Evelyne Boilaux
mercredi 28 décembre 2005 à 21h46, par  Evelyne Boilaux

Je me demande s’il s’agit de la famille de Gustave ULMANN qui faut maire de Montbéliard de 1912 à 1921, décédé à Lausanne en 1947 ?

Site web : http://

Agenda

<<

2017

>>

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

5 avril 2014 - Sur Histoire tv documentaire : Le musée d’Israël à Jérusalem

Dans la série Documentaire Secrets de musées Episode 16/26 - Le Musée d’Israël à Jérusalem Durée (...)

11 avril 2013 - Livre : Le patrimoine juif en France - synagogues, musées et lieux de mémoire

ITINERAIRES DE DECOUVERTES aux EDITIONS OUEST-FRANCE LE PATRIMOINE JUIF EN FRANCE Synagogues, (...)

29 août 2011 - Mise au point de Mémoire Active d’Algérie à propos du regroupement des cimetières

Voici pour information le courriel adressé au ministère des affaires étrangères Français à la (...)

16 avril 2011 - Pour la sauvegarde du patrimoine juif à Cavaillon

Appel à signature lancé par l’association Kabellion "La commune de Cavaillon possède au cœur de (...)

28 février 2011 - L’émission TV Fugues accessible en ligne : Sur le chemin des synagogues

Sur FR3 BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE Rediffusion de l’émission FUGUES du 24 janvier 2010 pendant 15 (...)

Météo

Belfort, 90, France

Conditions météo à 21h00
par weather.com®

Soleil voilé

23°C


Soleil voilé
  • Vent : 0 km/h - N/D
  • Pression : 984 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 27 mai
par weather.com®

Inconnu

Max 22°C
Min 15°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 28 mai
par weather.com®

Soleil voilé

Max 31°C
Min 15°C


Soleil voilé
  • Vent : 3 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 29 mai
par weather.com®

Soleil voilé

Max 30°C
Min 15°C


Soleil voilé
  • Vent : 8 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 30 mai
par weather.com®

Orage épars

Max 26°C
Min 13°C


Orage épars
  • Vent : 9 km/h
  • Risque de precip. : 40%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 31 mai
par weather.com®

Orage épars

Max 24°C
Min 13°C


Orage épars
  • Vent : 4 km/h
  • Risque de precip. : 60%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 1er juin
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 25°C
Min 13°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 6 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 2 juin
par weather.com®

Soleil

Max 27°C
Min 15°C


Soleil
  • Vent : 4 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<< Prévisions